Contenu

ALENÇON : rénovation des quartiers de Perseigne et de Courteille

 

En signant le 1er septembre 2006 le protocole de préfiguration, la Communauté Urbaine d’Alençon s’est engagée, en partenariat avec l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU), dans une démarche de requalification des quartiers de Perseigne et de Courteille.

La convention partenariale de rénovation urbaine de ces 2 quartiers a été signée le 28 janvier 2008 (et modifiée depuis par avenants). La réalisation du programme s’est achevée en 2017.

Les objectifs généraux du projet urbain :

Les actions menées dans le cadre de ce projet de requalification urbaine et sociale visent à changer, de manière durable, l’image de ces quartiers en axant les interventions sur :

Perseigne : le désenclavement du quartier pour une meilleure intégration dans la ville, la rénovation des logements existants et la diversification des futures constructions pour une offre d’habitat qui favorise une réelle mixité sociale.

Courteille : le renouvellement et la restructuration du secteur « Guynemer », le renforcement de l’attractivité du secteur de la « Place du Point du Jour », la reconstitution d’une transition urbaine de qualité entre Courteille et le centre ville par l’aménagement des friches ferroviaires.

Le projet s’est concrétisé par :

  • la démolition de 695 logements dont les 192 contenus dans les 2 tours Verlaine situées à Perseigne et démolies en 2004.
  • la reconstruction de 392 logements, aussi bien collectifs qu’individuels, dont presque 200 logements destinés au relogement des ménages qui occupent les immeubles voués à être démolis dans le cadre de la rénovation.
  • la création de 35 locaux d’activité en pieds d’immeubles dans d’anciens logements pour la plupart situés le long de l’avenue Kennedy.
  • la construction de 3 équipements publics : un gymnase, une maison des organismes familiaux et un centre socio-culturel (Perseigne).
  • la réhabilitation et/ou l’amélioration de la qualité de service dans plus de 1280 logements sur les 2 quartiers.
  • la résidentialisation de 839 logements : opérations de travaux d’aménagement sur les espaces privés ayant pour objectif de bien distinguer l’espace public extérieur et l’espace privé des immeubles et d’en améliorer la qualité résidentielle ; ce qui favorise l’appropriation des immeubles par les habitants et améliore la gestion urbaine de proximité.

Les financements :

L’Anru a investi 22,88 millions d’Euros pour un montant global de projet de 95,27 millions d’euros, les autres organes financeurs ayant été la ville d’Alençon, la Communauté Urbaine d’Alençon, le Conseil Départemental, le Conseil Régional, les bailleurs sociaux (l’Office Public de l’Habitat de l’Orne, la SAGIM et le Logis Familial) et divers.