Contenu

Essai mensuel des sirènes d’alerte : changement d’horaires

 

A partir du mois de novembre 2018, le déclenchement des essais mensuels des sirènes au niveau national est désormais réparti sur 3 créneaux horaires : 11h45, 12h00 et 12h15, selon les zones géographiques.

Il a été choisi que la zone Ouest déclenche ses sirènes à 11 h 45 au lieu 12h chaque premier mercredi du mois.


Qu’est-ce que le système d’alerte et d’information des populations?

Le Système d’Alerte et d’informations aux populations (SAIP) ensemble d’outils permet d’avertir la population d’une zone donnée, d’un danger imminent et de l’informer sur la nature du risque et le comportement à tenir. Basé sur la multidiffusion des messages, il rassemble donc différents vecteurs ainsi qu’un logiciel de déclenchement permettant aux maires et aux préfets d’assurer la protection de leur population.

Le signal d’alerte

Le signal doit être clairement audible et mobilisateur sans être anxiogène. Limiter à 3 répétitions du cycle d’1 minute et 41 secondes permet donc de le percevoir efficacement tout en évitant de générer un stress supplémentaire à une population déjà soumise à une crise.

Mais pourquoi une alerte d’1 minute et 41 secondes exactement ?

A l’origine, le signal était d’1 minute. Cette minute correspondait à la limite technique des sirènes électromagnétiques qui risquaient de disjoncter si elles tournaient trop longtemps. Les 41 secondes correspondent au délai technique de montée et descente de la sirène.

La fin du Réseau National d’Alerte (RNA) :

Ce dispositif, conçu dans les années 1950, était destiné principalement à faire face à une invasion aérienne d’origine militaire. Composé de 3900 sirènes actives, il prévenait la population de la survenance d’un accident majeur pouvant avoir de lourdes conséquences sur sa vie et ses biens. Dans l’Orne, les sirènes du RNA étaient implantées dans les communes d’Alençon, Damigny, St-Germain-du-Corbeis, Flers, Domfront, L’Aigle, Rai, Mortagne-au-Perche.

Les sirènes résonnaient chaque premier mercredi du mois sur l’ensemble du réseau national, à midi puis à midi et neuf minutes. Il s’agissait de réaliser des essais pour vérifier leur bon fonctionnement.

Les sirènes étaient activées à partir d’un Bureau de Diffusion de l’Alerte (B.D.A.). En ex Basse-Normandie, il y avait deux B.D.A. : l’un à la préfecture de la Manche à Saint-Lô, l’autre à la préfecture de l’Orne à Alençon. Chacun des BDA pouvait actionner les sirènes des trois départements, ou, de l’un des trois seulement.

Les sirènes du RNA ont cessé de retentir à compter du 1er août 2015, elles n’ont pas été raccordées par l’Etat au nouveau dispositif mis en place.

Les maires des communes concernées ont l’opportunité de conserver ces sirènes RNA afin de compléter leur dispositif d’alerte décrit dans le plan communal de sauvegarde.

L’arrivée du SAIP :

Le RNA devenait obsolète et peu fiable ; l’entretien et le remplacement de certains appareils ne pouvaient plus être effectués. De plus, l’implantation des sirènes n’était plus adaptée aux zones urbaines actuelles. Enfin, le fonctionnement du RNA n’était pas garanti en cas de dégradation des installations électriques.

En conséquence, le nouveau Système d’Alerte et d’Information aux Populations (SAIP) a été mis en place par l’Etat.

Le SAIP est toujours constitué de sirènes, mais leur implantation a été revue par le ministère de l’intérieur. Pour garantir une mobilisation maximale des populations, d’autres moyens d’alerte, pour certains à l’étude, pourront être mis en œuvre simultanément (des automates d’appels, des Panneaux à Messages Variables (PMV), la radio data system (RDS) utilisée sur les autoroutes).

Dans l’Orne, 4 sirènes SAIP ont été installées : 2 à Bagnoles, 1 à Trun et 1 à Gacé et ce au cours de l’année 2013.

Depuis leur installation, des essais sont réalisés chaque premier mercredi du mois, par le maire et par la préfecture. En effet, un logiciel permet de les actionner à distance. La mise en place d’un nouveau logiciel en 2018 en remplacement d’un déclencheur provisoire mis En œuvre lors de l’installation des nouvelles sirènes est à l’origine du changement horaire de ce mercredi 7 novembre 2018