Le risque de rupture de barrage ou de digue

Contenu

Le contrôle des digues et barrages

 

Le parc des barrages en France est important :

  • 744 barrages de plus de 10 m et des milliers entre 2 et 10 m
  • 448 compris entre 10 et 20 m

Les risques


Les barrages sont soumis aux aléas naturels qui peuvent être :

  • des crues, ce qui implique la nécessité d’une transparence des ouvrages de sécurité,
  • des accidents de terrain, mouvements ou glissements, qui prouve que l’ancrage d’un barrage reste particulièrement sensible,
  • des séismes, qui sont pris en compte dans la recherche de stabilité des projets et des ouvrages existants diagnostiqués.

Les barrages sont soumis aux effets de temps marqués par :

  • le vieillissement des structure et des matériaux
  • les déformations de l’ouvrage
  • la perte d’étanchéité et/ou les dysfonctionnement de drainage


La politique de prévention en France :

Réformer une réglementation ancienne pour l’adapter au contexte varié des ouvrages hydrauliques, dans laquelle a été clairement défini le rôle de chaque intervenant :

  • La sécurité des ouvrages : exploitation, entretien, surveillance régulière, relève du propriétaires ou du concessionnaire , qui peut confier certaines tâches à des prestataires privés par contrat.
  • Le contrôle est exercé par l’Etat (en général le service de la police de l’eau) qui s’assure que les ouvrages dont il autorise l’existence ne menacent pas la sécurité publique :
    • conformité des nouveaux projets et des modifications importantes des ouvrages existants,
    • contrôle que les tâches d’exploitation, de surveillance et d’entretien permettant de garantir la sécurité sont réalisées.