Axel, 20 ans, en contrat d’apprentissage Palefrenier

Mis à jour le 25/05/2021

Un stage peut changer la vie. Axel a découvert le Haras de la Chechinière à Soligny-la-Trappe (61) lors de son parcours au centre EPIDE d’Alençon. Une expérience décisive pour ce volontaire qui est désormais en contrat d’apprentissage CAP Palefrenier depuis novembre 2020 ! Découvrez comment un jeune non-diplômé peut découvrir un métier en passant par l’EPIDE.


Le bonnet vissé sur la tête et une fourche chargée de foin dans les mains, Axel est en train de nettoyer un box. Axel, 20 ans, est en contrat d’apprentissage CAP Palefrenier depuis novembre 2020 au Haras de la Chechinière de monsieur et madame Gourmaux à Soligny-la-Trappe dans l’Orne (61). Parallèlement il suit ses cours au Centre de Formation d'apprentis (CFA) du lycée agricole de Sées.

Dès son arrivée au centre EPIDE d’Alençon en mars 2020, Axel a bénéficié d’un accompagnement intensif pour choisir un métier et rechercher un emploi. Il a également participé à plusieurs actions citoyennes qui lui ont permis de développer les compétences sociales nécessaires pour s’adapter aux valeurs de l’entreprise. Il y obtient le PIX (une certification des compétences numériques) en octobre 2020 et l’ASR en mars 2020.


« Axel est volontaire, pas à cheval sur les horaires !
On a constaté tout ça pendant le stage qu’il a fait chez nous avec l’EPIDE »

Axel note que l’EPIDE lui a permis « de savoir-faire un C.V et une lettre de motivation. Ça m’a aidé pour trouver le stage et la remise à niveau scolaire m’a bien profité aussi. » D’ailleurs son maitre d’apprentissage précise qu’il a de très bons résultats au CFA.

Madame Gourmeaux brosse un portrait positif d’Axel : « Il est courageux, ne refuse pas les tâches. Il est volontaire, pas à cheval sur les horaires ! On a constaté tout ça pendant le stage qu’il a fait chez nous avec l’EPIDE. Vu que ça lui plaisait, je lui ai dit pourquoi ne pas faire un CAP ? ». C’est chose faite depuis ! Le métier est rustique et les conditions climatiques ne sont pas toujours clémentes mais l’ambiance de travail est bonne.

A l’évidence il y a une bonne complicité entre Axel et ses « patrons ».
Axel en témoigne : « J’ai été très bien reçu. Tout le monde est sympa. Je ne connaissais pas du tout ce métier qui est très physique et me permet d’avoir un contact avec les chevaux. »

Il aura fallu moins de 8 mois à Axel pour trouver sa voie professionnelle pendant son parcours à l’EPIDE et dans un métier que le département de l’Orne connait bien !