Contenu

Un cas d’influenza aviaire détecté dans l’Eure dans une exploitation non commerciale de volailles

 

Un foyer d’influenza aviaire hautement pathogène a été confirmé ce jeudi 10 novembre 2022 dans une exploitation non commerciale détenant des volailles (basse-cour) sur la commune de Notre-Dame-Du-Hamel, dans le département de l’Eure.

Pour éviter tout risque de diffusion du virus à d’autres élevages, des zones réglementées de protection (ZP), de surveillance (ZS) et une zone réglementée supplémentaire (ZRS) sont mises en place dans un rayon de 3, 10 et 20 km.

Aucune commune de l’Orne n’est concernée par la zone réglementée de protection d’un rayon de 3 km.

Les communes concernées par la zone comprise entre 3 et 10 km (zone de surveillance) sont :
LA FERTE-EN-OUCHE, LA GONFRIERE et SAINT-NICOLAS-DE-SOMMAIRE.

Les communes concernées par la zone comprise entre 10 et 20 km (zone réglementée supplémentaire) sont :

AUBE, AVERNES-SAINT-GOURGON, BEAUFAI, LE BOSC-RENOULT, BRETHEL, CHAUMONT, CISAI-SAINT-AUBIN, ECORCEI, LA FERTE-EN-OUCHE, LA GONFRIERE, L’AIGLE, NEUVILLE-SUR-TOUQUES, RAI
SAINT-AUBIN-DE-BONNEVAL, SAINT-EVROULT-DE-MONTFORT, SAINT-EVROULT-NOTRE-DAME-DU-BOIS, SAINT-GERMAIN-D’AUNAY, SAINT-HILAIRE-SUR-RISLE, SAINT-MARTIN-D’ECUBLEI, SAINT-NICOLAS-DE-SOMMAIRE, SAINT-PIERRE-DES-LOGES, SAINT-SULPICE-SUR-RISLE, SAINT-SYMPHORIEN-DES-BRUYERES, SAP-EN-AUGE, LE SAP-ANDRE, TOUQUETTES et LA TRINITE-DES-LAITIERS.

Dans ces périmètres, tous les lieux de détention de volailles et d’oiseaux captifs sont soumis à des prescriptions spécifiques. En particulier, les mouvements de volailles et autres oiseaux captifs sont interdits, sauf dérogations accordées par la direction départementale de l’Emploi, du Travail, des Solidarités et de la Protection des Populations (DDETSPP).

Dans le cadre des mesures de lutte contre la propagation du virus, une opération de dépeuplement des volailles présentes sur l’élevage concerné par le cas d’influenza aviaire a été menée.

Rappel sur les mesures générales de biosécurité, confinement et surveillance.

Du fait du niveau de risque élevé d’influenza aviaire hautement pathogène sur l’ensemble du territoire national, les mesures de protection sanitaires à mettre en place, en tout lieu, par tout propriétaire ou détenteur de volailles ou d’oiseaux captifs, sont les suivantes :

  • procéder à la mise à l’abri des animaux détenus ou à leur isolement par des filets, de tout contact avec des oiseaux sauvages ;
  • abreuver et nourrir les oiseaux et volailles, strictement à l’intérieur des bâtiments, quelle que soit la nourriture ;
  • interdire tout accès aux points d’eau, sauf s’ils sont intégralement sous filet ;
  • utiliser des chaussures et vêtements dédiés pour accéder à la partie de l’exploitation où les volailles sont détenues ;
  • surveiller quotidiennement les oiseaux et, le cas échéant, signaler sans délai à un vétérinaire tout comportement anormal ou tout signe de maladie de ces derniers.

Monsieur Sébastien JALLET, préfet de l’Orne, appelle à la vigilance de tous les acteurs, notamment les éleveurs, les détenteurs d’oiseaux (basse-cour, élevages…) et les vétérinaires afin de tout mettre en œuvre pour limiter la propagation de ce virus. Cela passe en particulier par une application sans faille des mesures de biosécurité.

Pour de plus amples informations sur ces mesures, vous pouvez utilement vous référer au site : https://agriculture.gouv.fr/influenza-aviaire-les-mesures-de-biosecurite-pour-les-operateurs-professionnels-et-les-particuliers

D’une manière générale, et afin de limiter la diffusion du virus, qui peut avoir d’importantes conséquences économiques, il est rappelé à l’ensemble des professionnels de la filière volaille et aux particuliers de respecter strictement les mesures de biosécurité (notamment la mise à l’abri), sur l’ensemble du département et de rester extrêmement vigilants.

La surveillance de la mortalité de l’avifaune sauvage est également renforcée et la découverte d’oiseaux sauvages morts doit faire l’objet d’une déclaration auprès de l’Office français de la biodiversité (OFB) au 02 33 67 19 20 / sd61@ofb.gouv.fr

Pour rappel, la consommation de viande, de foie gras et d’œufs – et plus généralement de tout produit alimentaire à base de volaille – ne présente aucun risque pour l’Homme.